samedi 17 novembre 2012

Pas le moral…




Bof… ça ne va pas fort ce matin…
On a beau être dimanche…
Je ne la sens pas cette journée…

Vraiment très bof.
Un coup d’oeil au miroir ?
Ouais, bah j’aurais pas dû. C’est sûrement pas ma tronche de cake qui va me remonter le moral !










Un coup d’œil à la fenêtre.










C’est tout gris dehors. Gris et triste.
Au moins est-on au diapason.

Me voila vautrée dans mon canapé, morose, le thé de mon p’tit déj refroidissant gentiment dans ma tasse.












Je suis inerte, les yeux dans le vague.
Pffffffff…
Qu’est-ce qui m’arrive ?
Me voila toute malheureuse !
Pourquoi ?
Je me suis levée plus tard pourtant ?
Oui, mais je n’ai pas très bien dormi en fait et je sens poindre un début de migraine.












Manquait plus que ça.

Bon.
Il n’y a pas trente six solutions.
Soit je conserve l’énergie d’une serpillère toute la journée et je continue à pleurer sur mon sort, moi qui suis si, si malheureuse…












Soit je me prends par la main et je vais chercher où j’ai bien pu mettre cette énergie et ce peps qui me font défaut ce matin.

Je vais tenter la seconde approche, même si je pense qu’à la place d’une main tendue, j’aurais plutôt besoin d’un coup de pied quelque part ! Je n’ai vraiment envie de rien.












Je me traîne misérablement jusqu’à mon ordinateur et j’ouvre un jeu que j’aime bien faire de temps en temps, pas trop prise de tête. 









J’ai joué un bon quart d’heure, sans trop de conviction, mais au moins ai-je pensé à autre chose.

Ensuite j’ai pris une feuille de papier qui traînait là et j’ai jeté dessus tout ce qui me passait par la tête. 











Les vases communicants : en remplissant la feuille, je vidais ma tête.
J’ai rangé ce papier. Pour plus tard.

Je suis allée dans la salle de bain et j’ai pris une douche bien chaude et bien longue (oui, je sais… les économies d’eau. Mais là c’est un cas d’urgence !). 











J’ai fermé les yeux sous cette eau qui me réchauffait la peau et je suis allée à la rencontre du souvenir d’un moment heureux que j’avais vécu. Je n’ai pensé qu’à lui. C’était quand j’étais petite fille : j’étais avec mes parents et nous avons ……….
J’ai eu alors la sensation d’un frémissement, l’amorce d’un nœud qui commençait à se desserrer en moi.

Une fois séchée et habillée, je me suis regardée dans le miroir. Vraiment pas de quoi sauter au plafond… quelle allure !











Le visage complètement inexpressif… j’ai tenté un sourire : on aurait dit une grimace !
Et puis ces épaules voutées : j’ai pris dix ans d’un coup ce matin. Allez, redresse-toi ma vieille ou tu vas finir bossue !

Ce sentiment d’oppression est toujours là.
Je me suis fait violence pour ne pas retourner dans mon canapé qui était le seul à me comprendre aujourd’hui.
Je me suis obligée à mettre veste et baskets et je me suis mise dehors !











J’ai ouvert le portail et je suis partie au hasard en marchant d’un pas rapide, la tête dans les épaules. Je me suis vite essoufflée. Trop contractée. Un banc. Une pause. Un soupir. Puis deux. Et j’ai commencé à ouvrir ma cage thoracique et à mieux respirer.
J’ai repris ma marche, plus à l’aise.
J’ai croisé une dame. Elle m’a souri et m’a dit « Bonjour ! ». Je crois avoir fait de même. Je ne sais plus trop. Elle est gentille cette dame que je ne connais pas.
J’ai croisé un couple. J’ai tenté. Je leur ai souri et je leur ai dit « Bonjour ».
Un soupçon de surprise l’espace d’un instant dans leurs regards. Ils m’ont souri eux aussi et m’ont rendu mon salut.
Ça marche !
Ah tiens ! Ca fait du bien !
















J’ai pris le chemin du retour, déjà ragaillardie !
Arrivée à la maison, j’ai retrouvé mes deux chats qui m’attendaient. J’ai eu droit à de jolis ronrons pour saluer mon retour. Cela méritait bien de gros câlins !













J’ai choisi dans ma collection de CD une musique bien gaie et entraînante que j’ai mise bien fort et j’ai chanté à tue-tête !












J’ai faim !
Un smoothie. Voila juste ce qu’il me faut, tout de suite maintenant.

Et puis après, j’appellerai une copine.
On pourrait se faire un ciné cet après-midi ou aller boire un verre dans cet endroit si sympa ?
Et puis je n’ai pas terminé ce bouquin qu’elle m’a prêté.
Et puis si je préparais un gâteau pour ce soir ?
Et puis il faut que j’aille faire un coucou sur BDG !

Allez, c’est parti !
J’ai une de ces pêches moi aujourd’hui !


Commentaires


:) ;) :D :p :)) :X :-* :-o :( :(( :-/ x( =))

25 commentaires:

  1. Ce sera encore un autre bravo pour Dog....Pour retrouver la pêche , suivons ses conseils !!! toujours avisés...

    RépondreSupprimer
  2. Bravo Dog ! Quel plaisir de lire tes rubriques.Tu as talent incroyable....

    RépondreSupprimer
  3. Génial Dog! absolument génial!!! bravo! ♥

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. cette semaine j'ai rencontré une vieille dame, sans âge, d'origine First Nation (Indienne), on se lavait les mains côte à côte dans les toilettes d'une grande surface...

    j'ai souri à son reflet sur le miroir... un beau sourire comme Gilda nous a apprit à faire...

    et j'ai reçu un sourire merveilleux

    je me suis dit qu'est ce qu'elle est belle...

    oui la beauté peut être sans âge, plein de rides...

    qu'est ce que j'aurai aimé avoir mon appareil photo avec moi


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très joliment écrit et c'est la vérité, en plus....

      Supprimer
  6. Hihi Dog.. J'étais justement entrain de traverser précisément cet état que tu décris dans la phase 1 de ton texte et puis bon, je me connecte sur le blog et tombe dessus !
    Cela m'a fait sourire et ce sourire est donc pour toi ! :)
    Merci

    RépondreSupprimer
  7. Je me retrouve dans le message de Patsy! j'ai souvent testé pour m'amuser ce pouvoir du sourire "gratuit"!
    Surtout dans les transports en commun comme dans le métro à Paris par exemple!
    Vous avez vu les tronches des gens? horrible!
    Et bien, vous souriez à une personne et 2 fois sur 3, elle sourit!
    Idem à une terrasse de café ou dans la rue!
    Le sourire est une force extraordinaire!

    Je me souvient d'une amie à qui j'en parlais il y a des années de ça! plus de 6 ans! Et elle m'a répondu "pourquoi je sourirai à des gens que je ne connais pas?"! ça m'a scotchée! Je lui en avais fait la remarque car elle ne disait pas bonjour à ma gentille petite voisine en Martinique alors qu'elle était en vacances chez moi!


    La suite??? vous vous en doutez! on s'est fâchées et on ne s'est plus jamais reparlées!!!!

    On n'était pas vraiment sur la même longueur d'onde!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as raison, j'ai remarqué on peut voir le caractère des gens souvent à leur sourire... entre femme on a dés fois des sourires, même sans ce connaitre... comme un message... un longueur d'onde...

      d'autres sont fermées, agressives... je les fuis

      Supprimer
  8. coucou les filles quoi de mieux pour commencer une journee bien grise par ces magnifiques textes de DOG merci pour etre toi amities en couleur mascha

    RépondreSupprimer
  9. Bravo Dog c'est très bien écrit moi je souris et je dis bonjour à tout le monde même si on m'ignore bon dimanche dans le brouillard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. coucou Marie Rose je suis totalement d'accord avec toi cela ne coute rien et si par ce petit signe on peut redonner le courage de faire encore un pas a quelqu'un il ne faut pas hesiter comme le disait ma grand maman remettre dix fois son ouvrage sur le metier cela donne toujours un bon resultat et cette maxime s'applique a tout alors sourions sourions et sourions merci DOG tu as toujours le mot juste au bon moment cela est rare belle journee a toutes et tous et je vous envoie mille sourires amities mascha

      Supprimer
  10. un peu angoissée en ce moment ...
    lire ton texte m'a fait du bien!

    merci Dog !

    RépondreSupprimer
  11. Je suis très heureuse que mes mots vous plaisent.
    Et s'ils accrochent votre sourire, je suis largement récompensée.

    Sourire est essentiel.
    Encore faut-il que les gens ne soient pas trop hermétiques.
    J'ai fait cette expérience cette semaine, en déplacement dans la capitale.
    J'ai bien sûr utilisé le métro et j'ai eu le temps d'observer les "métropolitains" (pour l'anecdote, lorsque j'étais petite je croyais que c'était le nom qu'on donnait aux gens qui prenaient le métro !).
    Il faisait froid alors chacun était recroquevillé dans son manteau et son écharpe jusqu'aux yeux.
    Les trois cas les plus rencontrés : ceux qui ferment les yeux, ceux qui lisent, ceux qui ont des oreillettes collées aux oreilles.
    Allez sourire avec ça !
    Je garde juste le souvenir d'un trajet en bus, l'arrêt à une station, une jolie vieille dame attendant vraisemblablement une autre bus que le mien, nos regards qui se sont croisés par hasard et ce merveilleux sourire que nous avons échangés toutes les deux. Il a illuminé ce moment !
    Pensez-y !
    J'avais déjà écrit à ce sujet : http://aidedegilda.blogspot.fr/2012/09/souriez.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tes petits mots sont tjs bien ciblés il font chaud au coeur, ils donnent chaud au coeur, moi aussi je souris tjs et je dis tjs bj à tout le monde et tjs un mot gentil même aux caisses du super marcher , même en Espagnol les personnes sont tjs un peu étonnée surtout en Espagne,
      Bonne journée Dog merci pour ton travail, et bj au BDG, si intéressant, tj plus intéressant quel travail que vous faites,

      Supprimer
  12. des mots qui font du bien ! Merci Dog ;)

    RépondreSupprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  14. Merci Dog
    Toujours dans le mille
    Sourire est important et on peut obtenir tellement en retour
    Faire la g'''le,pourquoi,les gens qui vous croisent n'y sont pour rien et plutôt que des mots qui blesseraient,SOURIEZ vous désamorcerez souvent des situations explosives plutôt que de les envenimer
    Parfois au volant il m'est arrivée de me tromper,alors je souris au conducteur que je croise en haussant les épaules d'un geste fataliste et cela se passe bien sans échange de mots grossiers ou de coups de klaxonne
    Souriez cela est bon pour vos muscles faciaux et surtout pour votre moral

    MERCI ET GRAND SOURIRE A DOG ET A VOUS TOUS SUR LE BDG

    RépondreSupprimer
  15. Merci DOG, tes enseignements sont riches (c'est pour ça que je les aime tant, sans doute ! Ah ah ah!!).
    Quand j'étais rentrée de La Réunion, où j'avais vécue deux ans, j'avais remarqué qu'il était difficile de rencontrer le regard de quelqu'un. Et je m'étais dit que le climat froid, humide et venteux n'aidait pas à échanger des sourires, à créer des liens...
    En fait, je marchais dans la rue, à Montpellier, et le vent était glacial, je marchais la tête baissée, et très vite. C'état un changement radical de ma vie d'avant : nonchalance et légèreté...
    J'ai appris depuis qu'on peut affronter la sensation de solitude et le silence avec des sourires.

    RépondreSupprimer
  16. Bonsoir tout le monde, je me doutais que ce texte était de DOG. Comme c'est bien dit et tellement vrai, il suffit de le vouloir et le moral revient.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Sam !
      Quel plaisir de lire ces quelques mots de toi !!

      Supprimer
  17. Merci Dog !! heu, je veux dire mon Capitaine ...!

    (=^x^=)

    RépondreSupprimer
  18. Merci Dog!!!
    Heureusement que tu es là ❤

    RépondreSupprimer
  19. "Cesse de dire que l'existence est triste mais plutôt: Je ressens à l'instant de la tristesse"! On ne peut pas sourire tout le temps, voir le verre à moitié plein quand de facto il est à moitié vide! MAIS comme tu le décris si bien, il suffit de peu pour retrouver le sourire! de se connecter à soi!
    Sénèque disait: " La véritable chance, c'est de composer avec sa malchance"....Autant composer avec le sourire, celui que l'on a tous au fond de soi!!!!quand il manque au dehors....bises! Coco83 alias Tom!!!
    *

    RépondreSupprimer